Quand consulter?

Une consultation type se déroule en plusieurs étapes et dure entre 45 minutes et une heure :

Tout d’abord l’anamnèse :

C’est un temps où l’ostéopathe va poser une série de questions détaillées au patient d’ordre général, sur le(s) motif(s) de consultation, les activités pratiquées, les conditions de travail et l’impact de ce dernier sur la santé du patient… De plus, cet interrogatoire aura pour but de détailler des antécédents traumatiques, chirurgicaux voir familiaux.

Ce temps est primordial car il permet d’établir une première alliance entre le thérapeute et le patient.

Il permet également d’affiner tous les éléments pouvant être en rapport avec le motif de consultation.

L’ostéopathe, formé en sémiologie médicale, évaluera les cas où la plainte du patient dépasse le champs de ses compétences et nécessitera un suivi spécialisé.

Ainsi les maladies cancéreuses (non prises en charges), infectieuses, dégénératives, les suites immédiates de fractures et luxations…ne seront pas soignées par l’ostéopathie. L’ostéopathie peut soulager des douleurs liées à ces affections mais sera un complément de la prise en charge d’un ou de plusieurs médecin ou professionnels de santé spécialisés.

L’examen clinique :

L’ostéopathe va effectuer des tests en rapport avec la plainte et les antécédents du patient pour une prise en charge en toute sécurité. Il peut permettre de mettre en évidence des signes d’atteinte vasculaire, nerveuse ou inflammatoire et ainsi appuyer des éléments relevés lors de l’anamnèse pouvant amener à réorienter le patient.

Le bilan ostéopathique :

L’ostéopathe va, par l’intermédiaire de tests spécifiques et ciblés, mettre en évidence des zones du corps où la mobilité entre les structures est réduite en regard ou à distance de la plainte du patient.

A l’issu de ce bilan, l’ostéopathe pourra confronter les éléments trouvés lors de ce bilan à ceux mis en évidence lors de l’anamnèse et ainsi établir un projet de traitement avec le patient.

La phase thérapeutique/réévaluation :

L’ostéopathe pourra ainsi s’appuyer sur un bilan ostéopathique détaillé afin d’engager son traitement.

J’indique ici avoir eu une formation axée sur un traitement fonctionnel «doux» et ainsi n’utilise que très peu les techniques de manipulations structurelles «cracking»

L’ostéopathe pourra évaluer également de l’efficacité de son traitement en réévaluant la mobilité de la zone initialement en restriction.

En fonction du patient, de sa/ses plainte(s) et du nombre de zones à travailler, l’ostéopathe pourra proposer une ou plusieurs consultations supplémentaires afin d’avoir le meilleur résultat possible pour le patient.

L’ostéopathe pourra également apporter ses connaissances et donnera des conseils qui seront adaptés au patients afin d’éviter les mauvaises habitudes de la vie de tous les jours et ainsi prévenir l’apparition de nouveaux troubles et éviter que la plainte ne réapparaisse.