Adolescents

gibbosite-scoliose-osteopathe

Les changements hormonaux lors de la puberté apportent des modifications importantes au corps de l’adolescent.

L’ostéopathe va accompagner ce dernier afin de lui permettre une croissance plus équilibrée et pour l’aider au mieux à réduire les contraintes que cette période de transformation à l’âge adulte peut occasionner.

 

Il est important de consulter dans les cas suivant :

  • Des troubles de la posture liés à la croissance : Scoliose, Cyphose, hyperlordose…

Sachez qu’il y a différents types de scoliose. Il faut différencier une attitude scoliotique de la scoliose vraie diagnostiquée médicalement en fonction de la déviation de la colonne. Seule l’imagerie pose le diagnostic.

Il est important de travailler sur ces déformations le plus précocement possible car celle-ci sont évolutives lors de la croissance et les résultats en seront bien meilleurs.

L’ostéopathe est à même de travailler sur tout type de scoliose en relâchant les tensions locales ou à distance permettant d’apporter une amélioration de la courbure mais aussi des douleurs ou gènes qui peuvent s’associer à celle-ci.

La prise en charge de la scoliose doit être accompagnée d’un suivi médical.

  • Des difficultés scolaires, des troubles de la concentration, du stress et des troubles du sommeil.
  • Des troubles gynécologiques avec des menstruations douloureuses
  • Troubles digestifs (maux de ventre, ballonnement, constipation…)
  • L’Asthme (également chez l’enfant et l’adulte) :

Il peut être allergique, d’effort et provoquer de nombreuses tensions par sa chronicité.C’est une hyperactivité répétée des bronches qui provoque une gêne respiratoire pouvant être gravissime.

La difficulté à respirer va recruter de façon disproportionnée les structures anatomiques en lien avec la respiration et provoquer des tensions diminuant leur mobilité. L’ostéopathe cherchera donc à redonner de la mobilité à ces structures (cotes, muscles intercostaux,diaphragme, muscles scalènes…) et ainsi essayer de diminuer la fréquence et l’intensité des crises.

  • La pratique du sport de façon intensive. Un suivi régulier permet de réduire les contraintes imposées par l’activité sur le corps et ainsi prévenir l’apparition de blessures voir même améliorer les capacités physiques.
  • L’appareil dentaire et les traitements orthodontiques.

La collaboration entre orthodontistes et ostéopathes est de plus en plus fréquente afin d’obtenir de meilleurs résultats et un confort non négligeable pour l’enfant.

La pose de l’appareillage va entraîner des contraintes sur les structures du crâne et provoquer des tensions localement et à distance pouvant occasionner maux de tête, cervicalgies, modification de l’équilibre voir des troubles de la concentration et de l’humeur… 

  • Le port de semelles orthopédiques, des pieds plats…

L’appui au sol est primordial chez l’être humain qui est un bipode. Tout le monde a déjà entendu parler de «pieds plats» par exemple qui correspond à un affaissement de la voûte plantaire et donc d’un mauvais travail des muscles du pied.

Cet affaissement n’a peut être pas d’impact immédiat mais peut avoir des effets dramatiques sur le long terme et provoquer des compensation en chaîne des structures anatomiques en amont et donner des douleurs de genou de dos ou autres douleur à distance qui ne sauraient s’expliquer à ce moment là.

En travaillant sur les tensions présentes localement ou à distance, l’ostéopathe peut redonner une meilleur mobilité ainsi que de faciliter le travail des muscles de la voûte. L’ostéopathie travaille efficacement en association avec les podologues qui pourront eux juger de la nécessité ou non de porter des semelles.

Un podologue travail au sein du cabinet et est à même d’apporter son expertise sur ces troubles de l’appui.